Portait robot des plus exposées au burn-out Comment prévenir ?

Y-a-t-il un profil de personnes de s'épuiser plus vite que d'autres ?


Epuisement, usure intérieure, fatigue, difficultés à avancer... autant de termes qui caractérisent ceux qui vivent ce burn-out. En entreprise comme à la maison, le burn-out touche tout le monde. Ce n'est pas une dépression, juste des hommes, des femmes qui se sacrifient au quotidien sans s'en rendre compte, pour une reconnaissance bien mince.

Aujourd'hui c'est 3.2 millions de français !

Les études montrent que certaines catégorie socio-professionnelles sont davantage touchées et les femmes sont davantage concernée par cet épuisement.


Portrait robot :



Bon(ne) élève - le burn-outé a bien souvent une valeur d'engagement très forte. Les tâches à réaliser se placent au centre de sa réalisation personnelle. Autrement dit, sa valorisation passe avant tout par le "Faire"

Endurant, il ne compte pas les heures et préfère taire les alertes de son corps plutôt que d'alerter famille et amis. N'écoutant pas ses besoins, il est persuadé qu'il va réussir à faire face.

Résistant, il multiplie donc les efforts pour ne pas prendre de retard.

Rigoureux, perfectionniste, faire les choses parfaitement est sa devis !


Les victimes de burn-out sont motivées, compétentes, engagées et consciencieuses.


Alors comment prévenir ?


Le burn-out passe par 3 phases :


1. La période de surchauffe

Le burn-out est systématiquement précédé d'un burn-in pendant laquelle la personne est en "surchauffe". Autrement dit, en état de stress chronique, intense. Durant cette période les batteries se vident, elle court et ne vit plus. Les liens se coupent progressivement et elle peut perdre du poids, pleurer sans raison, se mettre à fond dans le sport à côté, ne plus s'intéresser aux autres. Vous pouvez l'entendre à travers ces quelques expressions :

. J'ai moins de patience

. Je m'énerve plus souvent

. Tout m'agace sans savoir pourquoi puisque tout va bien

. Je n'arrive plus à dormir, je n'ai pas faim

. Je n'ai le temps de rien

. J'ai mal à la tête

. Je me noie


2. L'effondrement

Un matin : plus rien - black-out

"Je n'y arrive plus"

"Je suis cramée, usée, je ne réussis pas... "

"Je n'en peux plus..."

Ceci ressemble à une traversée du désert nécessite au plus vite du repos, une prise en charge. Un arrêt est nécessaire.


3. La remontée

Il est important de le noter. Il existe un après burn-out. Arrive le moment ou la machine se remet en route. Le corps n'a plus envie de pleurer, il aime la vie et retrouve gout au quotidien. Doucement et à son rythme, sans exigence, cela revient.

Il est important à ce moment là de se poser sur ses choix de vie : de quoi ai-je envie ?

Quel sens donner à la suite ?


Et redéfinir sa vie, un nouveau départ, en s'écoutant un peu plus... peut-être est-ce un mal pour une bien ?


www.sandrabarba.fr


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout