L’école arrive, et si nous parlions de la phobie scolaire ?

Pleurs, paniques, maux de ventre, vomissements… Vous ressentez chez votre enfant de l’angoisse, de la peur, de la détresse.

Certains enfants et adolescents se rendent complètement malades à la simple idée de mettre un pied à l’école. Au cabinet nous voyons ce phénomène augmenter considérablement…..


Nous entendons de plus en plus de termes pour décrire ce phénomène : « Phobie scolaire », « anxiété scolaire », « refus scolaire anxieux ». Tous ces termes représentent un seul et même phénomène : une peur intense de l’école. Cette même peur qui conduit l’enfant a tout faire pour éviter de s’y rendre.

Difficile d’imaginer que l’école, lieu de socialisation de l’enfant, mais aussi des apprentissages, puisse rendre certains de ses écoliers aussi malheureux. Et pourtant, l’école cache beaucoup d’enjeux différents : vivre avec les autres, apprendre, être curieux, être évalué, rechercher la fierté des parents en réussissant… Les enjeux sont nombreux, et pas des moindres.

Et en tant que parents comment se positionner ? Compatir ? Forcer son enfant à aller à l’école ? Comment accepter de le voir pleurer et se rendre malade à la simple idée de se lever et se préparer ?



Tendance ou réalité ?

A ce jour, 4 et 5 % d’élèves en âge de suivre une scolarité obligatoire (de 6 à 16 ans) sont victimes de troubles anxieux les empêchant, sans qu’ils sachent réellement pourquoi, de se rendre normalement en classe. Parmi eux, près d’1% souffriraient d’une forme plus sévère encore : la phobie scolaire.

Les jeunes que je vois en consultation ne refusent pas d’aller à l’école, ils n’arrivent pas à y aller, ce qui me semble bien différent. Cette incapacité peut être trouvée dans la relation aux parents ou aux autres bien avant d’être axée sur l’école en soi. Le besoin de cadre, le manque du père, l’éponge émotionnelle vis à vis de la mère, la peur de décevoir, le besoin d’être présent pour sauver ou protéger un parent, la peur de l’autre, le harcèlement, la difficulté à gérer la pression, il semblerait que la faille soit bien souvent sur le sentiment de sécurité

…. autant de pistes à explorer avant de déclarer la phobie scolaire. La posture des parents joue un rôle important sur le renforcement ou l’allègement de cette angoisse et le renforcement de cadres et de sécurité.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

psychothérapie et sophrologie VAUCLUSE 84, Sandra Barba sophrologue et psychologue vaucluse 84, sophrologue et psychologue nimes 30, sophrologue et psychologue 13 bouches du rhone, sophrologue et psychologue aix en provence, sophrologue et psychologue carpentras, sophrologue et psychologue orange, sophrologue et psychologue alès, e-thérapie france 13 le 30 et le 84, thérapie de couple, deuil, dépression, burn-out, sophrologie Sarrians, Vaison-la-Romaine, Avignon, Carpentras, aide, écoute, soutien, Caromb, violences, maternité, pleurs, joies, femmes, hommes, couple, sommeil, psychologie, psychanalyse